Article de fond

1500 a 2000 mots sur un sujet de la promotion de la santé

FAITES CONNAÎTRE VOTRE PROJET !

Ça y est !  Vous avez passé plusieurs heures à développer votre projet et maintenant vous êtes prêt à en faire la promotion.  Alors, plus vite vous allez commencer à le promouvoir, meilleures seront les chances d'en faire un succès. 

Un plan  de communication : une nécessité

L'IMPACT DE L'ANALPHABÉTISME SUR LES SOINS DE SANTÉ : QU’EN EST-IL EN L’AN 2003

Au Canada, près de la moitié des Canadiens ont de la difficulté à lire l’information écrite qu’ils rencontrent dans leurs activités quotidiennes.  De plus, 25 % des francophones âgés de 16 ans et plus éprouvent des difficultés sérieuses avec la lecture (Fédération canadienne pour l’alphabétisation en français). Ces personnes ne sont pas capables, par exemple, de déterminer à partir des renseignements indiqués sur l’étiquette quelle dose exacte de médicament il faut donner à un enfant. Elles évitent de lire, sauf les textes qui sont assez simples et dont ils connaissent bien le contexte.  Pour elles, il est impossible de déchiffrer la plupart des imprimés qu’on rencontre dans la vie de tous les jours.

DES JOURNÉES TROP COURTES ?

Courir du matin au soir, c’est stressant. Comment faire autrement quand il y a le travail, la maison, les enfants et toutes ses imprévus qui surgissent sans s’annoncer ? Vous avez l’impression que 24 heures ne suffisent pas dans une journée pour arriver à tout faire ce que vous aviez planifié. On se sent vite dépassé par la situation !  Il y a alors bien des chances que vous sentiez déchiré entre les tâches que vous devez faire et le temps que vous avez pour le faire.

Si le stress est le mal de notre sciècle, par contre le temps est sûrement la denrée la plus convoitée.  Qui, de nos jours,  n'aurait pas besoin de plus de temps?

S’ADATER À UNE NOUVELLE RÉALITÉ : LE VIEILLISSEMENT DE LA POPULATION

Le vieillissement de la population est un phénomène qui touche actuellement tous les pays du monde.  Selon l’Organisation mondiale de la santé, On estime aujourd'hui à 580 millions le nombre de personnes âgées de 60 ans et plus dans le monde.  D'ici 2020, le nombre des personnes âgées de 60 ans et plus aura franchi le cap du milliard.  

Pour l'individu comme pour la société, l'une des principales préoccupations associées à la vieillesse est la dégradation possible de la santé, surtout si elle entraîne une plus grande dépendance personnelle. Bien que la santé se détériore avec l'âge, cette détérioration ne survient que progressivement chez la plupart des personnes âgées et celles-ci apprennent à s'adapter. Cependant, en raison du problème grandissant posé par les soins de plus en plus coûteux, on craint souvent qu'une population vieillissante n'impose un fardeau supplémentaire aux services de santé déjà surchargés.

On s'attend aussi à ce que le vieillissement de la population aggrave l’ampleur des problèmes de santé mais il a particulièrement un impact sur les problèmes de santé mentale.  Le fait de l'espérance de vie des personnes en général est plus longue grâce aux nouveaux traitements, médicaments et soins  pour en nommer que quelques-uns, aura aussi un impact au niveau des ressources financières nécessaires pour assurer une qualité de vie adéquate pour nos personnes âgées.  

L'amélioration de l'espérance de vie ouvre des perspectives sans précédent de créativité personnelle et sociale, mais soulève aussi des problèmes de caractère individuel et sociétal liés à la qualité de la vie des personnes âgées, notamment en ce qui concerne l'indépendance, l'interaction sociale, les soins de santé et la participation communautaire.  En 2020, on prévoit que les trois quarts des décès pourraient être liés au vieillissement  (OMS). Ils seront dus particulièrement à des maladies non transmissibles comme les maladies de l'appareil circulatoire, le cancer et le diabète. Nous pouvons dès maintenant constater une augmentation des personnes souffrant de troubles mentaux et des effectifs toujours plus importants atteignant un âge auquel on est plus exposé. Il faut aussi regarder de façon plus globale le bien-être de ces personnes.  L’isolement social des personnes âgées et la pauvreté sont des déterminants qui influencent leur santé.  Ce sont là quelques exemples isolés qui montrent bien le genre de problèmes de santé publique liés au vieillissement qui se posent aux responsables politiques. Il y en a beaucoup d'autres, bien sûr.   Les conséquences du vieillissement du point de vue social et de la santé publique, doivent être prises très au sérieux.

Dans un tel contexte, il est clair que les divers services publics doivent adapter leurs activités aux besoins des aînés, et ce, dès aujourd'hui. Il s'agit là d'un défi collectif qui exige l'engagement de l'ensemble des personnes et des acteurs sociaux pour que tous les aînés, ceux d'aujourd'hui comme ceux de demain, puissent vivre leur retraite et la fin de leur vie de façon décente et digne, dans une société adaptée à leur réalité (Santé Canada, Division des aînés).

QUOI FAIRE ?

Dans une récente publication de Santé Canada : « POUR UNE SOCIÉTÉ QUI VIEILLIT EN SANTÉ UNE APPROCHE AXÉE SUR L'AMÉLIORATION DE LA SANTÉ DE LA POPULATION  » ( (http://www.hc-sc.gc.ca/seniors-aines/pubs/healthy_comm/toc_f.htm ), on décrit le quatre agents sociaux importants qui jouent un rôle primordial dans la promotion de la vieillesse active :
L’individu : La personne âgée doit tenter de maintenir une bonne santé physique, des connaissances, des compétences professionnelles, des ressources financières, des milieux de vie adéquats et des relations sociales satisfaisantes. Il doit obtenir et utiliser de l’information pour prendre ses décisions, modifier son comportement pour s’adapter aux situations et aux capacités changeantes et participer de façon active et significative à la vie de la société. Toutefois, l’individu ne peut assumer la responsabilité d’optimiser sa qualité de vie que si des possibilités, des ressources et des choix viables lui sont offerts et s’il est en mesure de prendre soin de lui-même (par exemple, s’il sait comment chercher et interpréter l’information sur la santé et s’il a des connaissances de base en matière de vieillissement sain). De plus, les aînés doivent encourager les nouvelles générations à établir une culture qui favorise la vieillesse active.

La famille et les amis : Au cours de la vie de l’individu, la plupart des relations avec la famille et les amis se caractérisent par l’échange de soutien et de services de toutes sortes. Plus les aînés ot besoin de soins, plus ils ont tendance à recevoir des services de ce réseau intime, plus particulièrement de la famille. À vrai dire, la majeure partie du soutien que reçoivent les personnes âgées pour préserver leur autonomie et leur qualité de vie vient de la famille et des amis. Cependant, les membres de la familles et les amis n’ont pas toujours les ressources, le temps ou les connaissances nécessaires pour offrir tous les soins dont ont besoin les aînés, et les soignants naturels ont eux-mêmes besoin de soutien et de périodes de répit.

Les services communautaires :  Il incombe à la collectivité de créer un milieu attentif et convivial, qui aide les individus et leurs familles à répondre à leurs besoins. Les services communautaires comportent un large éventail d’associations ou d’organismes non gouvernementaux ou bénévoles, d’établissements d’enseignement, de centres culturels ou sportifs, de bureaux de services sociaux et de centres de service confessionnels. Ces services emploient du personnel rémunéré ou bénévole.

L’État : La famille et les amis, les organismes bénévoles et sans but lucratif, et les secteurs public et privé jouent un rôle vital lorsqu’il s’agit de faire en sorte que les individus de tous âges soient en mesure de rester actifs en vieillissant. L’État encourage et facilite le vieillissement sain et actif de la population en mettant en place les éléments suivants :
• un cadre stratégique qui définit l’intention, les principes, les valeurs et les objectifs sous-jacents à la vision d’une vieillesse active;
• un plan national qui définit les buts, les lacunes à combler, le calendrier
• d’intervention, les indicateurs de surveillance et leur évaluation;
• des politiques et des programmes sectoriels : sécurité sociale, santé, éducation, logement, transport, sports et activités physiques, culture et loisirs, justice, sécurité publique, etc.;
• des politiques et des programmes locaux (municipaux) qui complètent les politiques nationales et étatiques.

LES PRINCIPES D’UN SYSTÈME DE SOUTIEN COMPLET

LA COLLABORATION INTERORGANISATIONNELLE : EN QUÊTE DU PARTENAIRE IDÉAL

Nous avons pu constater depuis ces derniers dix ans des changements intenses qui ont affecté profondément les habitudes de travail personnelles et professionnelles, les tâches attendues de chacun de nous et les processus même d'organisation du travail.  Ces transformations visent à valoriser une réponse adaptée aux besoins organisationnel évalués. Par exemple, nous pouvons observer de réels efforts de planification qui visent le rapprochement des interventions au lieu de vie de la clientèle

Cependant, la réalité quotidienne demeure toutefois autres pour de nombreux consommateurs de ces services. L'accès réel aux services reste limité parce que ceux-ci souvent débordés (listes d'attente) et parfois même inexistants lorsqu’ils sont hors des grands centres urbains, ou que leurs critères de priorités ne correspondent pas aux besoins identifiés.  

L’INCLUSION SOCIALE ET L’OUVERTURE INTER-CULTURELLE

Les 20 prochaines années nous réservent un changement démographique sans précédent au Canada.  Le vieillissement de la population qui devra être compensé par l’ouverture de nos frontières à l’immigration,  exigera de nous,  que nous développions notre aptitude à l’ouverture inter-culturelle au niveau individuel,  communautaire, corporatif et gouvernemental.

Le 17 février dernier,  j’ai assisté au dîner conférence du Cercle Canadien à Toronto,  où Lisa Frulla,  la Ministre du nouveau Ministère du Développement Social nous a entretenu sur sa vision du Canada de demain. Elle parlait du développement social comme étant un processus qui permet à chaque individu de notre société d’atteindre son plein potentiel et ce afin de permettre à chacun de contribuer activement à la société canadienne.  Elle est même aller jusqu’à dire qu’elle entendait faire du gouvernement fédéral l’employeur exemplaire d’inclusion social et d’accessibilité.  Sur ce,  elle a lancé une invitation à son auditoire (composé en grande partie de personne du secteur des affaires) à non seulement devenir eux aussi des employeurs modèles mais en se démarquant, en supportant des entreprises d’économie sociales.

LA COMMUNAUTÉ SOUS LA LOUPE

Tous les efforts visant la création d’une vision communautaire doivent ête basés sur une bonne compréhension des acquis ainsi que les capacités et compétences qui existent au sein de la communauté.  Cette capacité est liée directement aux atouts qui existent déjà dans la communauté.  Parmi ceux-ci, on peut trouver des ressources tangibles requises pour s’attaquer à un problème précis, de même que les connaissances et le leadership nécessaires pour mener à bien des projets.

LA PROMOTION DE LA SANTE ET LA PREVENTION DES ACV

Suzanne Schwenger
Consultante en promotion de la santé
Projet ACV du COIP

Les accidents cérébrovasculaires (ACV) en Ontario coûtent près d'un milliard de dollars par an à l'économie de l'Ontario et sont l'une des premières causes de décès et d'invalidité neurologique chez les adultes. À l'heure actuelle, en Ontario, au moins 90 000 personnes subissent les effets d'un accident cérébrovasculaire (ACV), par exemple des déficits moteurs, sensoriels ou cognitifs ou des problèmes de communication.

MAXIMISER LES FORCES : LE COACHING

Article écrit par Raymond Vaillancourt.

Le coaching qui est, en quelque sorte, un accompagnement recouvre à la fois le moyen que se donne une organisation pour faciliter l'apprentissage de ses gestionnaires et la façon différente avec laquelle les gestionnaires doivent assumer leur responsabilité. Cette responsabilité, ils doivent l'assumer tout autant auprès des membres de leur propre équipe que de l'ensemble des intervenants. Les objectifs recherchés par leur propre apprentissage deviennent les objectifs poursuivis dans leur rapport avec leurs équipiers.  Ces objectifs sont les suivants:

L‘AUGMENTATION DU QUOTIENT D’INTELLIGENCE ÉMOTIONNEL AU SERVICE DE LA SANTÉ

Par : Patrick Rhein, Coach d’intelligence émotionnelle

Nous sommes de plus en plus conscient de l’impact économique que représentent les problèmes de santé mentale. La perte de productivité associée à la dépression et à la détresse psychologique a été évaluée à 6 milliards de dollars en 1998 au Canada, alors que les demandes d’invalidité soumises avec un diagnostic d’anxiété, qui ne représentaient que 11% du total des demandes en 1985, sont passées à 29% en 1998. On estime par ailleurs que 54% du temps de travail moyen perdu chaque année dans les entreprises le serait en raison du stress (*1). Il semble qu’il soit de plus en plus évident que la santé soit étroitement liée à notre santé émotionnelle et la gestion de celle-ci.

Syndicate content